Nouvelles recettes

Ce que nous buvons : Bourgogne rouge 2010

Ce que nous buvons : Bourgogne rouge 2010



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Comme je le disais dans mon billet sur les blancs bourguignons 2010, ce millésime est délicieux. J'y ai expliqué comment le temps affecte différemment les vins blancs et rouges. Jusqu'à présent, il est difficile de dire quelle couleur je préfère, même si je penche pour les blancs. Cependant, les vins sont encore si jeunes que dans six mois, cela pourrait changer et ce pourrait être une photo finish. Tout comme lorsque les 2008 étaient à ce stade, les deux couleurs sont au coude à coude (je dis maintenant que les blancs de 2008 gagnent).

Etant donné que je reste entre la Côte de Nuits et le Macônnais, les vins sont tous du pinot noir, à l'exception du gamay entonné dans une cuvée. Bien qu'il s'agisse d'un très beau millésime, ce n'était pas facile, comme son titre l'indique. Après avoir expliqué certains des événements météorologiques qui donnent à ce millésime le goût des rouges, je mentionnerai certains des vins où je pense que WoMen (femmes et hommes) a défié avec succès la bravade de Mère Nature.

En général, la qualité des vins rouges 2010 est à quelques pas de 2009, mais est en avance sur 2008 d'un peu. D'après ce que j'ai goûté jusqu'à présent, la Côte de Nuits et la Côte de Beaune sont tout aussi réussies. La Côte Chalonnaise et le Mâconnais, hormis quelques dégâts de grêle dans ce dernier, célèbrent leur troisième bonne année consécutive.

Que s'est-il passé pendant la saison de croissance qui a affecté l'apparence, l'odeur et le goût des vins ? D'abord, la grêle qui attaque occasionnellement pendant la saison de croissance a épargné la majeure partie de la Côte d'Or (pour une fois !). Ceci, ainsi que la petite taille des baies en raison du début froid de la saison de croissance, a donné au pinot noir une bonne couleur. Deuxièmement, une fois que Mère Nature s'est attelée à la finalisation de la maturité des fruits en septembre, elle a allumé le soleil mais a maintenu les températures nocturnes assez fraîches. Cela signifie que les vins ont beaucoup de fruit et de corps ainsi qu'une acidité rafraîchissante.

Du nord au sud, voici quelques-uns de mes choix de valeur en 2010 Bourgogne Pinot Noir.

Régis Bouvier 2010 Bourgogne Pinot Noir En Montre Cul
Ce Bourgogne Rouge mérite son lieu-dit. Premièrement, les vignes sont situées à flanc de coteau, pas en plaine. Deuxièmement, ils ont 50 ans. Le vin révèle des notes de myrtille d'été, des tanins souples et une jeunesse de raisin. Dépensez les quelques dollars supplémentaires pour cela plutôt que pour le Bourgogne "droit". A boire jusqu'en 2015.

Domaine Fougeray de Beauclair 2010 Fixin Clos Marion Monopole
Je n'ai jamais goûté de fixin comme ça. C'est si délicieusement juteux que ça me fait rougir. Accentué par la réglisse, le milieu de bouche rempli de prune est maintenu dans les limites par une tension acide gaie et des tanins poudrés. A boire jusqu'en 2016.

Domaine Hudelot-Noellat 2010 Chambolle-Musigny
Riche en couleur pourpre, ce vin vibre presque de sous-bois, de truffes fraîchement creusées et de bûches recouvertes de mousse. Le fruit va de la cerise acidulée à la prune mûre et au bleuet sauvage. L'acidité proche de l'acidité est finement équilibrée par les tanins gracieux. Un exemple plus maigre du millésime à boire jusqu'en 2020.

Cliquez ici pour plus de sélections rouges de Bourgogne.

— Christy Cantorbéry, Snooth


Les meilleurs accords mets et vins rouges de Bordeaux

La région de Bordeaux en France est l'une des régions viticoles les plus remarquables au monde. Il est apprécié aussi bien par les nouveaux arrivants que par les amateurs de vin en raison de ses caractéristiques raffinées, de sa complexité et de sa saveur riche.

La région de Bordeaux en France est l'une des régions viticoles les plus remarquables au monde. Il est apprécié aussi bien par les nouveaux arrivants que par les amateurs de vin en raison de ses caractéristiques raffinées, de sa complexité et de sa saveur riche.

Bien que la région bordelaise produise à la fois des vins blancs et rouges, ce sont généralement les vins rouges qui sont les plus appréciés des consommateurs. Les mélanges de Bordeaux rouges sont complexes, avec des fruits bleus, noirs et rouges raffinés, des tons terreux et de riches saveurs minérales.

Les vins rouges de Bordeaux sont normalement produits à partir d'au moins deux cépages. Mais il existe au moins cinq cépages approuvés pour l'élaboration d'un vin rouge de Bordeaux.

Quels sont selon vous les meilleurs accords mets et vins rouges de Bordeaux ? Pour un peu d'aide, voici un bref aperçu de ces accords mets-vins. Continuer à lire!

Vins rouges rive gauche et rive droite

Il est important de noter qu'il existe de nombreuses sous-régions au sein de la région bordelaise. Certains rouges peuvent être à dominante merlot, tandis que d'autres peuvent être plus riches en cabernet sauvignon, en fonction de l'emplacement.

Pour simplifier les choses, nous allons diviser Bordeaux en deux. Les vins rouges de la rive gauche et les vins rouges de la rive droite. Les rouges de la rive gauche sont plus lourds en cabernet sauvignon, par exemple ceux élaborés dans le Haut-Médoc.

En revanche, les vins rouges de la rive droite sont plus lourds en merlot, comme ceux du Blays ou du Bourg. Vous trouverez ci-dessous les meilleurs accords mets et vins pour les mélanges de Bordeaux rouges en fonction du style régional que vous boirez.

Pensez à la viande. Bien sûr, vous pouvez associer de nombreux vins de Bordeaux populaires à d'autres types de plats. Cependant, vous augmenterez sans aucun doute le plus la saveur si vous associez un vin de Bordeaux à des plats à base de viande.

Si votre vin rouge est de la rive gauche, gardez à l'esprit qu'il sera plus lourd en cabernet sauvignon. Par conséquent, il aura généralement des saveurs plus terreuses, des fruits rouges et des tanins robustes.

Les vins de Bordeaux de la rive gauche se marient parfaitement avec des steaks et des agneaux plus épicés, plus salés, plus gras et lourds. En revanche, les vins rouges de Bordeaux rive droite se marient mieux avec des viandes plus savoureuses ou plus maigres, comme le canard ou le porc.

Accords mets et vins : Bordeaux Rouge Rive Gauche

Voici une liste des meilleurs accords mets et vins de Bordeaux Rive Gauche :

  • Poulet au caramel. Vous n'aimez pas la viande rouge ? Si oui, essayez de faire un poulet au caramel comme accord mets. Ce plat est savoureux mais emballé avec de la sauce soja, du gingembre et des clous de girofle. Les ajouts délirants à cette aide-vaisselle mettent l'accent sur de nombreux aspects appétissants des vins rouges de Bordeaux.
  • Burger au bacon et à l'érable. Cette cuisine mettra en valeur tous les vins rouges de Bordeaux Rive Gauche riches et raffinés.
  • Super Surlonge Steak Et Bouchées D'Oignon. Ce plat est un hors-d'œuvre remarquable qui s'accorde à merveille avec le Bordeaux Rive Gauche.
  • Filet mignon. Cet aliment se marie bien quelle que soit la façon dont vous le faites mariner avec des vins de Bordeaux. Mais parce que nous parlons ici d'accords culinaires de la rive gauche, essayez d'ajouter de la douceur et des épices avec de la salsa à la mangue et de la sauce chipotle.

Accords mets et vins : Bordeaux rouge rive droite

Voici une liste des meilleurs accords mets et vins de Bordeaux Rouge Rive Droite :

  • Pizza au poulet. Les vins rouges de la rive droite ont tendance à être plus légers en termes de corps. Ainsi, il est préférable de l'accompagner d'un plat à base de poulet. Considérez quelques assiettes sucrées et salées pour ces styles de vin. La pizza au poulet à la coriandre et aux oignons rouges vous offrira le meilleur accord, c'est garanti.
  • Sandwiches de porc effiloché. Une autre recette parfaite pour les Bordeaux rouges de la rive droite sont les sandwichs au porc effiloché. Cette recette est idéale pour les déjeuners et les apéritifs.
  • Tarte aux bergers. Cette recette est un excellent accord avec les rouges de Bordeaux car vous pouvez ajouter beaucoup d'épices et la mélanger avec différentes formes de bœuf haché ou haché.
  • Côtelettes de porc à l'asiatique. Bien que Bordeaux soit situé en France, de nombreuses sauces et plats asiatiques accentuent très bien les saveurs du vin rouge de la rive droite. Pensez aux côtelettes de porc à l'ail, à la sauce chili douce asiatique et au vinaigre de cidre.
  • Bifteck de flanc. Cette recette est généralement plus maigre. Par conséquent, il se marie parfaitement avec un vin rouge de Bordeaux Rive Droite car les vins de Bordeaux à dominante Merlot sont eux-mêmes plus maigres.

Accorder la nourriture et le vin rouge de Bordeaux est assez facile et financier. Vous pouvez commencer par obtenir un vin de Bordeaux que vous aimez et faire quelque chose que vous aimez manger.

En fonction de quel côté de la Gironde le vin de Bordeaux a été élaboré, il y a votre vin rouge classique de la rive droite et le vin rouge de la rive gauche.

Les accords mets-vins mentionnés ci-dessus dépendront du style régional que vous consommerez. Bien que ces accords alimentaires puissent être un peu spécifiques, tout buveur ou consommateur trouvera du succès avec ces accords, quel que soit le Bordeaux qu'il boit.

Si vous ne savez pas si votre Bordeaux est de la rive gauche ou de la rive droite, pas de soucis, une simple recherche sur Google fera l'affaire, ou vous pouvez demander à quelqu'un qui connaît le vin.


Types de raisins à vin rouge

Avec des centaines de variétés de raisins rouges, il y a autant d'informations sur le vin rouge à apprendre qu'il y a de raisins rouges plantés dans tous les coins du globe. Cela étant dit, vous ne rencontrerez probablement qu'une poignée de ces raisins le plus souvent. Ici, nous couvrons les profils de saveur et les régions des cépages rouges les plus courants. Vous pouvez certainement choisir d'en découvrir plus au-delà de cette courte liste, mais pour un vin rouge 101 rapide et facile, ce qui suit fera l'affaire.


Vin rouge pour la cuisine

Des profils de saveurs distinctifs apparaissent-ils une fois le vin cuit ?

Lorsqu'une recette demande du vin rouge, la tendance est de prendre tout ce qui est bon marché ou déjà ouvert sur le comptoir. Mais comme pour tout ingrédient en cuisine, le choix du vin peut faire la différence entre une sauce digne d'un restaurant quatre étoiles et celle qu'il vaut mieux verser dans les égouts. Bref, un mauvais vin peut transformer une sauce autrement bonne en mauvais. Le problème est que passer au crible l'énorme gamme de vins disponibles n'est que légèrement moins déroutant que d'essayer de parcourir Ulysse. Choisir une bonne bouteille pour la cuisine peut sembler, au mieux, un coup dans le noir.

Pour savoir quels vins rouges sont de bons cuisiniers (par opposition à ceux qui ne sont que de bons buveurs), nous avons mis en place trois tests - une sauce tomate rapide, une sauce poêle pour steak et un ragoût de boeuf longuement cuit - à travers lesquels nous pourrions tester de nombreuses bouteilles. Avec l'aide de l'expert en vin local Sandy Block (qui détient le titre de Master of Wine, un honneur partagé par seulement 18 Américains), nous avons organisé ces vins rouges disponibles même dans un magasin de vin mal approvisionné en quatre catégories gérables basées sur la saveur, le corps, et style : vin léger/fruité, doux/moelleux, copieux/robuste et indescriptible. Ironiquement, le seul type de vin non représenté dans ces quatre catégories est le "vin de cuisine" que l'on trouve sur la plupart des rayons des supermarchés. Lors de tests précédents, la cuisine d'essai a découvert que ces concoctions à faible teneur en alcool ont peu de saveur, une acidité aiguë et une énorme quantité de sel, qui se combinent pour produire des sauces non comestibles. En omettant ce type de vin des tests, nous avons commencé notre recherche du vin rouge ultime pour la cuisine.

Mettre les vins à l'épreuve

Nous avons commencé par cuisiner avec un représentant de chacune des quatre catégories : un Beaujolais léger/fruité, un Merlot onctueux/moelleux, un Cabernet Sauvignon copieux/robuste, et une cruche de Bourgogne "montagne" (parfois aussi étiqueté "coeury"). Bien qu'aucun des groupes ne soit sorti vainqueur de cette première série de tests, ce qui a émergé, ce sont des attributs importants des bons et des moins bons vins de cuisine. Alors que les sauces à base de Beaujolais pourraient être décrites comme molles, ce vin apportait un fruité rafraîchissant qui se mélangeait bien avec les autres ingrédients et complétait leurs saveurs.

Les sauces à base de merlot avaient une saveur un peu trop cuite, semblable à de la confiture, mais elles étaient également bien structurées. Le copieux Cabernet Sauvignon a donné aux sauces une morsure astringente et boisée qui a intimidé toutes les autres saveurs. Ce vin est vieilli en fûts de chêne et ses arômes de chêne ne se sont pas adoucis à la cuisson mais sont devenus amers et durs. Le vin en pichet, quant à lui, faisait des sauces trop sucrées et simples. Sur la base de ces résultats, nous avons décidé d'essayer de trouver des vins qui combineraient les qualités les plus attrayantes des vins légers/fruités et doux/moelleux, en évitant les vins avec une influence boisée et les vins en pichet bon marché.

En nous concentrant sur cette catégorie plus restreinte—fruité/doux/moelleux—nous avons sélectionné quatre nouvelles bouteilles de vin : Sangiovese (un vin mi-corsé d'Italie), Zinfandel rouge (de Californie), Pinot Noir (de Bourgogne, France) et Côtes du Rhône (du sud de la France). Le Sangiovese avait bon goût dans la sauce tomate mais faisait une sauce à la poêle astringente et un ragoût au goût de carton. Le Zinfandel avait un goût trop cuit et confituré dans la sauce tomate et a rendu la sauce à la poêle amère. Alors que les Côtes du Rhône et le Pinot Noir ont obtenu des résultats impressionnants dans tous les domaines, les Côtes du Rhône ont été stellaires. Comparé aux sauces à base de Pinot Noir (un vin issu d'un seul cépage), le Côtes du Rhône (un assemblage de plusieurs cépages) avait une saveur plus ample et plus homogène. Les différents cépages du mélange semblaient se compenser les uns les autres pour produire une saveur puissante et bien équilibrée.

Nous avons ensuite testé plusieurs assemblages plus fruités et mi-corsés avec peu de bois, notamment des vins de la grande vallée du Rhône (dans le sud de la France), du Languedoc (également dans le sud de la France), d'Australie et des États-Unis. Ces mélanges n'étaient pas issus des mêmes cépages, mais ils faisaient tous des sauces savoureuses et bien équilibrées. Notre conclusion ? La plupart des vins rouges issus d'un assemblage de raisins produiront de bonnes sauces, évitez simplement les vins vieillis en fûts de chêne.

Le prix est-il important ?

Vient ensuite la question du prix. Un mélange à 30 $ ferait-il une meilleure sauce à la poêle pour le steak qu'un mélange à 5 $ ? Pour le savoir, nous avons cuisiné avec des vins rouges fruités et mi-corsés issus d'un assemblage de raisins à quatre niveaux de prix : 5 $, 10 $, 20 $ et 30 $. Les dégustateurs ont constaté que les résultats produits par une bouteille à 5 $ étaient très différents de ceux produits par les bouteilles des autres catégories de prix. Au fur et à mesure que le vin cuit et réduit, il devient une version intensément aromatisée de lui-même, rendant les caractéristiques définissant le vin insupportablement évidentes. Les vins doux et fades à 5 $ cuits dans des sauces ressemblant à des bonbons, tandis que les bouteilles à 10 $, 20 $ et 30 $ étaient plus douces, créant des sauces avec plusieurs couches de saveur. Bien que les dégustateurs aient préféré les vins dans les deux gammes de prix les plus chères pour leurs saveurs légèrement plus équilibrées et raffinées, aucun ne pensait que la différence justifiait de dépenser 10 ou 20 $ de plus. Et nous avons constaté que limiter le prix à environ 10 $ nous laissait encore beaucoup d'options lors de l'achat. Nous avons toujours eu de bons résultats avec plusieurs vins largement disponibles, dont E. Guigal Côtes-du-Rhône (9,95 $), Rosemount Estate Grenache/Shiraz (8,95 $, d'Australie) et Bonny Doon Ca' del Solo (12,25 $, de Californie).

Maintenant, nous cuisinons

Alors que nous cuisinions plusieurs bouteilles de vin, nous avons découvert que ce n'était pas seulement le type de vin qui comptait, mais aussi la façon dont vous cuisinez avec. Le bon vin peut avoir un mauvais goût s'il est mal cuit. C'est parce que lorsque le vin est chauffé, les composés aromatiques délicats connus sous le nom d'esters se brisent, rendant les saveurs et les arômes fruités boueux et aigres. Plus la chaleur est élevée, plus ces esters passeront rapidement de bons à horribles.

En transférant ces connaissances à la cuisine, la raison suggère que le vin serait mieux traité avec une chaleur basse et lente. En fait, nos tests avaient démontré ce point. Le ragoût de bœuf était beaucoup plus indulgent que la sauce tomate ou la sauce à la poêle, qui sont généralement préparées au moyen d'une réduction rapide et furieuse à feu vif. Pour tester davantage cette proposition, nous avons préparé deux autres sauces à steak, l'une en faisant mijoter rapidement le vin, l'autre en le réduisant lentement, juste en dessous d'un mijotage. Les résultats étaient si radicalement différents que les dégustateurs pensaient que les sauces avaient été élaborées à partir de vins différents. La sauce faite à partir du vin rapidement mijoté était acidulée et énervée, tandis que celle du vin lentement réduit était ronde et lisse. La réduction rapide avait meurtri les esters du vin, la réduction lente laissait transparaître leur véritable saveur fruitée.

Alors que nous testions quelques autres sauces à la poêle et faisions un peu plus de recherches, le chef et importateur de vin Richard Kzirian nous a présenté une autre astuce de cuisine. Il a suggéré d'ajouter de petites quantités d'aromates au vin pendant qu'il se réduisait pour ajouter une dimension supplémentaire de saveur et de texture polie. Traitant le vin presque comme un bouillon, nous avons infusé de petites quantités d'échalote, de carotte, de champignon, de persil et de laurier dans la réduction. Cela a fait une sauce à la poêle riche et voluptueuse, avec des couches complexes de saveur.

Bien que cette réduction soit cuite à feu doux et lent, nous avons constaté que le processus peut être accéléré en utilisant une poêle plutôt qu'une casserole. La surface accrue d'une large poêle permet au vin de s'évaporer plus rapidement, même lorsqu'il est cuit à feu doux. Nous avons également trouvé qu'il était plus facile de retirer la réduction sirupeuse d'une poêle antiadhésive, bien qu'une poêle ordinaire fonctionne également. Les aromates sont filtrés avant que la réduction ne soit complètement terminée pour les empêcher de s'imprégner trop du vin de plus en plus précieux à mesure qu'il réduit.

Pour résumer les résultats du test : une bonne bouteille de vin de cuisine est susceptible d'être fabriquée à partir d'un mélange de raisins et peut être achetée pour environ 10 $. Le vin doit avoir une bonne saveur de fruits, un corps moyen et peu ou pas de saveur de chêne. En cuisine, ce vin doit être cuit juste en dessous d'une ébullition avec des aromates et non porté à ébullition. Si cette technique n'est pas nécessaire dans les recettes qui demandent déjà une cuisson lente du vin avec des aromates, comme dans un ragoût, elle fait toute la différence avec un vin destiné à une sauce poêlée ou à une sauce tomate rapide.


Le vin que vous utilisez pour cuisiner est-il important ?

Cela affectera-t-il le goût de votre plat si vous achetez des trucs bon marché ? Pouvez-vous remplacer le blanc par du rouge, ou vice versa, si vous n'en avez qu'un sous la main ? Pouvez-vous utiliser du vin déjà ouvert puisque vous le faites quand même cuire? Devriez-vous même vous approcher de ce mystérieux « vin de cuisine » à l'épicerie ?

Profonde respiration. Rédacteur principal en alimentation Chris Maroc comprend tous les tenants et aboutissants de l'ajout de vin à votre nourriture, et il est là pour vous aider.

Pour commencer, explique-t-il, ne pensez même pas à utiliser du rouge lorsqu'une recette demande du blanc. Le vin blanc est beaucoup moins tannique que le rouge, la sensation qui aspire l'humidité de votre palais et vous assèche la bouche. Cela signifie que le vin blanc peut réduire davantage sans conférer aucune amertume. "Vous pouvez éliminer presque tout le liquide comme vous le faites, par exemple, lors de la fabrication du beurre blanc", explique le Maroc.

Le rouge est assez différent. Parce qu'il est beaucoup plus tannique, il deviendra amer plus rapidement. Vous ne voulez pas réduire plus d'environ 50 pour cent du liquide. (La seule exception est si vous faites braiser un morceau de viande gras sur une longue période de temps - la gélatine aide à équilibrer le goût désagréable.)

Quant à la somme d'argent que vous devriez dépenser, le Maroc compare le vin de nos jours à l'huile d'olive - il y a beaucoup de bouteilles décentes à des prix décents. "Au moment où votre plat est fait, vous ne pourrez pas distinguer une bouteille à 50 $ d'une bouteille à 10 $", dit-il. "Ce qui compte vraiment, c'est le type de vin que vous achetez."

Certaines recettes deviennent spécifiques, comme nos côtes levées braisées au vin rouge, qui font appel au cabernet car son corps plein rehaussera la richesse du plat. D'autres le gardent général et utilisent un descripteur comme « sec ». Mais en tant que référence, le merlot est une valeur sûre pour le rouge car il a des tanins relativement faibles (rappelez-vous, cela signifie qu'il vous garde un peu moins à risque pour cette amertume) et est doux et fruité. Idem pour le Sauvignon Blanc car il est maigre et possède également un joli fruité (qui a servi à tester notre Linguine aux Palourdes). Si vous ne trouvez pas ou n'aimez pas ceux-ci, un Bordeaux blanc (peut-être pour ces haricots blancs braisés?)

BA's Best Linguine And Clams utilise ⅓ de tasse de vin blanc, vous savez quoi faire avec le reste.

Le Maroc a deux choses à éviter quand il s'agit de cuisiner avec du vin. La première consiste à éviter de cuisiner du vin lorsqu'une recette demande du vin. Parce que ça ne sert à rien, vous vous débarrassez déjà de l'alcool, alors pourquoi commencer avec un produit qui l'a éliminé pour vous ? Il existe également des additifs dans la cuisson du vin, comme le sel et les conservateurs, qui perturbent la légèreté et l'acidité naturelles que le vin apporte à un plat.

La deuxième chose à ne pas faire est de rester à l'écart du vieux vin, de la même manière que vous le feriez si vous le buviez. Le Maroc reconnaît cependant que tout le monde ne voit pas ce problème de la même manière, et lui et d'autres cuisiniers de notre cuisine d'essai s'affronteront parfois sur l'aptitude d'une bouteille ouverte. « Nous avons des bouteilles là-bas qui sont ouvertes depuis des jours et des jours, et en cas de doute, j'en prends toujours une nouvelle, tandis que le directeur de la cuisine d'essai, Brad Leone, secoue la tête vers moi », dit-il. "Même si ce n'est pas techniquement mauvais, il s'oxyde et change de saveur au fur et à mesure, et je ne veux pas de ça."

Enfin, cuisinez avec quelque chose que vous aimez boire. La recette ne vous demandera probablement pas d'utiliser toute la bouteille (euh, eh bien, ces côtes levées le font, mais ce n'est généralement pas le cas). Vous devriez certainement vous servir un verre ou deux à siroter pendant que vous rangez dans la cuisine. Si vous êtes satisfait de son goût, il y a de fortes chances que vous soyez également satisfait du goût de vos aliments.

Les meilleurs vins blancs pour cuisiner avec :
Sauvignon Blanc
Bordeaux Blanc
Pinot Grigio
Sancerre
Vermouth sec

Les meilleurs rouges :
Merlot
Côtes du Rhône Cabernet
Chianti
Pinot noir


Ce qu'on boit : Bourgogne rouge 2010 - Recettes

Par Jim Clarke
Octobre 2008

Nous entrons dans l'automne : l'heure du vin rouge. Mais il n'est pas encore si froid que nous laissons les côtes levées braisées et les rôtis prendre le dessus sur le menu, il reste encore beaucoup de temps pour le poisson et autres, surtout si nous espérons éviter de prendre du poids d'hiver trop tôt. En cette période de l'année, on peut avoir son gâteau et le manger aussi, en cassant les rouges de la cave pour un repas qui vient de la mer.

L'idée qu'un vin rouge peut bien s'accorder avec du poisson a certainement beaucoup joué au cours de la dernière décennie ou plus, mettant au repos le cliché & ldquo blanc avec du poisson, rouge avec de la viande & rdquo cliché. Et les gens qui préfèrent les vins rouges ont tiré les bouchons avec reconnaissance sur leurs Cabs et Pinot Noirs et Syrahs et ainsi de suite. Comme ils le devraient, la première chose à considérer lors de l'appariement est votre propre préférence, car boire un type de vin que vous n'aimez pas sera un plaisir (même s'il s'agit d'un accord parfait avec votre mérou grillé).

Même avec des blancs, nous accompagnons rarement un plat à la fois d'un gros chardonnay californien et d'un sauvignon blanc de la vallée de la Loire. C'est donc avec les rouges, et les meilleurs vins rouges avec fish&hellipare ceux qui ressemblent un peu aux vins blancs. De nombreux plats de poisson ont une composante acide, la plupart des vins blancs ont plus d'acidité que les rouges, et faire correspondre l'acidité du plat est un aspect important de l'accord des vins. Mais certains rouges ont une acidité plus importante que d'autres, ce qui en fait de bons "rouges de poisson". Les blancs manquent également de tanins, qui peuvent être un composant majeur dans de nombreux rouges, mais pas dans tous. Et enfin, les blancs sont généralement moins alcoolisés et leur caractère plus léger qui en résulte est moins susceptible de submerger les poissons plus délicatement aromatisés.

Une acidité plus élevée, des tanins plus faibles, un alcool modéré et on dirait que nous parlons de certains rouges wimpy ? Le blockbuster Napa Cabs n'est peut-être pas la bonne solution, mais certains cépages et régions bien connus peuvent entrer en jeu.

Le pinot noir préféré du moment, par exemple. Dans sa manifestation bourguignonne classique, c'est un vin mi-corsé et faible en tanins avec un mélange de saveurs de fruits rouges et de notes terreuses rappelant les champignons. Le pinot bourguignon se marie très bien avec le thon, en particulier les plats à base de morceaux de thon gras et crus comme les sushis ou le tartare. Souvent, le poisson riche en fer fait ressortir des tons plus fruités dans le vin de ce match, les tanins légers se marient bien avec la viande rouge du poisson et sont assez forts pour se heurter à une touche de wasabi. Si vous travaillez avec une recette particulièrement légère ou délicate, pensez aux pinots noirs alsaciens et allemands (qui arrivent en nombre croissant aux États-Unis), qui peuvent être encore plus légers que leurs modèles bourguignons.
appariement

Une maxime classique des accords mets et vins qui peut entrer en jeu est « ce qui pousse ensemble, va de pair ». La version corsée du pinot noir de l'État du nord-ouest du Pacifique s'est révélée être un mariage pratique avec le saumon des rivières de la région. Les huiles riches en poissons permettent d'affronter des vins pleins, plus puissants, qui, bien que structurés et fermes, ne sont pas trop tanniques. De nombreux pinots californiens de la côte de Sonoma ou de la Russian River Valley offrent des qualités similaires, mais sont généralement plus luxuriants et plus fruités. appariement

D'après ce que j'ai dit plus tôt sur les tanins, le corps et l'acidité, on pourrait penser que les cépages bordelais n'allaient pas faire leur apparition dans cette pièce. Eh bien, le Cabernet Sauvignon serait un mariage inconfortable, mais le cépage le plus planté de Bordeaux, le Merlot, est suffisamment flexible pour que certaines interprétations puissent se frayer un chemin aux côtés du poisson. Ses penchants pour les fruits luxuriants mais sa structure légère le rendent approprié pour les plats de poisson où le poisson lui-même peut même être légèrement aromatisé, mais les accompagnements ont du poids et de la substance. Des merlots encore plus fermes et plus structurés peuvent faire l'affaire s'ils ont quelques années pour vieillir et s'adoucir. appariement

En dehors de Bordeaux, le Cabernet Franc (parent à la fois du Merlot et du Cabernet Sauvignon) a un autre territoire d'origine : la Vallée de la Loire. Le climat frais de la vallée en fait un vin plus léger mais bien concentré, avec des notes d'épices et de fruits parfois intenses. Cette densité et ces épices font que ce style de cabernet franc se marie bien avec des plats terreux ou des poissons gras et fortement aromatisés comme le maquereau ou la truite.

La France, malgré ce que les Français pourraient vous dire, n'est pas le seul dépositaire des styles de vins classiques. L'Espagne La Rioja doit certainement beaucoup à Bordeaux et à l'intérêt que les Bordelaise ont porté à leurs vins lorsque le Phylloxera a commencé à ravager les vignobles français à la fin du XIXe siècle, mais elle a ses propres cépages et sa propre identité historique. Pendant longtemps, l'accent a été mis sur les styles Reserva et Gran Reserva, riches en chêne et nécessitant souvent des années pour s'ouvrir. Des styles plus modernes semblent parfois imiter Napa Cab. Mais certains producteurs n'ont pas laissé tomber les styles joven ou crianza, et ces catégories utilisent peu ou pas de chêne et moins d'un an, par la loi, pour joven, et généralement un an environ pour crianza et mdash qui laisse le raisin Tempranillo à l'acidité naturelle et aux fruits rouges le caractère transparaît, tandis que les tanins gardent les choses au sec mais pas trop serrées. appariement

Enfin, Barbera. Pas un rouge classique pour vous ? Dans le Piémont, Barbera peut jouer le rôle de second violon derrière Nebbiolo, le cépage derrière Barolo et Barbaresco, mais cela ne signifie pas que les habitants l'ont adopté comme un rouge qu'ils peuvent boire toute l'année avec toutes sortes de nourriture, y compris du poisson. Le Nebbiolo et le Barbera tendent tous deux vers une acidité plus élevée et arborent souvent une note nette de cerise, mais ils se séparent en ce qui concerne le contenu de leurs peaux de raisin : le Nebbiolo tire des tanins intenses, même si peu colorés, de ses peaux, tandis que Barbera peut être un couleur rubis foncé et profond, mais avec peu ou pas de tanins. Certains Barberas modernes comblent cette lacune avec un vieillissement en fût de chêne, mais le Barbera traditionnel est fruité, assez léger et pas très tannique et idéal pour le poisson. appariement

Conseillé:

Bourgogne
Essayez Catherine & Claude Maréchale&rsquos Savigny-les-Beaune Vieilles Vignes 2005 (40 $) avec Kerry Simon&rsquos Tartare de thon avec gaufrettes de pommes de terre J'aime particulièrement la façon dont la vinaigrette à la betterave complète les tons terreux du vin.

Oregon
Essayez le Domaine Serene &lsquoEvenstad Reserve&rsquo Pinot Noir 2005 (47 $) avec du saumon Alfred Portale&rsquos avec des champignons trompette noirs, des feuilles de chou de Bruxelles et des pommes de terre Fingerling. Les champignons sont une autre spécialité du nord-ouest du Pacifique qui convient au vin, complétant ses propres notes terreuses.

Bordeaux
Essayez le Virginie de Valandraud St. Emilion 2003 (40 $) (principalement du merlot, mais mélangé avec un peu de malbec) avec Todd Gray & rsquos risotto de tomates d'été avec lotte enrobée de bacon et basilic du jardin. C'est du poisson pour l'hiver, avec le risotto et le bacon ajoutant des notes plus profondes aux saveurs puissantes du poisson. La structure et les tanins du vin sont à la hauteur de ces ingrédients qui peuvent « aspirer» une partie des tanins du vin, laissant le poisson libre de s'exprimer. Les notes fruitées et florales du vin flottent également librement.
Loire

Essayez le Domaine des Roches Neuves Saumur Champigny Rouge &lsquoTerres Chaudes&rsquo 2006 (25 $) avec Akhtar Nawab&rsquos Maquereau espagnol fumé et grillé, Bouillon de betterave et Choux de Bruxelles le poisson fumé et les légumes d'automne se marient bien avec le vin, qui est mi-corsé et remarquablement soyeux, résiste aux saveurs du plat mais ne les gêne pas.

La Rioja
Essayez le Hermanos Peciña Joven Rioja 2007 (15 $) avec Gabriel Kreuther&rsquos Chatham Cod Crusted avec Chorizo, White Navy Bean Puree, and Xeres Vinegar Jus le vin&rsquos a un excellent mélange de fruits rouges et noirs, mais son acidité et son corps conviennent à la saveur relativement douce de cabillaud et même de blanace au jus vinaigré.

Piémont
Essayez le Brezza Barbera d&rsquoAlba &lsquoCannubi Muscatel&rsquo 2006 (25 $) avec Giancarla Bodoni&rsquos omble chevalier avec purée d'aubergine. Aucun tanin n'interfère avec les légères touches épicées de la purée d'aubergine, et l'acidité et les notes de fruits purs laissent également transparaître l'ombrage. Ne soyez pas confondu par le nom du vignoble Cannubi & ldquoMuscatel & rdquo n'est pas un raisin & ndash c'est 100% Barbera - mais un nom de vignoble, une sous-section du vignoble Cannubi plus généralement.


Avantages potentiels pour la santé du vin rouge

  • Peut protéger votre cœur : Le vin rouge peut avoir plusieurs effets cardio-protecteurs, et une étude récente a révélé que la consommation de vin rouge était liée à un risque plus faible de développer une maladie cardiaque. Mais l'American Heart Association signale un problème potentiel avec la recherche actuelle, déclarant qu'il n'y a pas de lien de cause à effet établi et que plusieurs autres facteurs, tels que les habitudes alimentaires, peuvent jouer un rôle. Par exemple, si vous buvez du vin rouge tous les soirs, vous suivez peut-être également un régime méditerranéen, ce qui pourrait être dû à ses bienfaits pour la santé du cœur.
  • Peut combattre l'inflammation : Le vin rouge est abondant en certains polyphénols dont le resvératrol, les anthocyanes, les catéchines et les tanins (proanthocyanidines et ellagitanins). Le resvératrol en particulier se trouve non seulement dans le vin rouge, mais aussi dans des aliments tels que les raisins, les arachides, le chocolat et certaines baies. La recherche suggère que les composés phénoliques du vin rouge présentent des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. Non seulement la recherche suggère que la consommation de vin rouge peut réduire la résistance à l'insuline, mais elle peut également diminuer le stress oxydatif.
  • Peut aiguiser votre esprit : Les flavanols contenus dans le vin peuvent protéger les cellules de votre corps qui soutiennent des vaisseaux sanguins sains et constituent un avantage physiologique clé qui peut améliorer le flux sanguin vers le cerveau et empêcher le développement de plaques nocives. Des études animales suggèrent que le resvératrol en particulier peut prévenir le déclin de la mémoire lié à l'âge.
  • Peut favoriser la longévité : La faute aux effets relaxants de l'imbibition. Long-term population studies have linked moderate alcohol drinking to a longer life. Research also suggests that it is possible to strengthen the effect of resveratrol with a balanced diet that emphasizes nutrient-dense foods packed with dietary fiber, vitamins, and minerals (similar to the Mediterranean diet). So pair your glass with a healthy meal!
  • May improve mood:Studies has linked moderate alcohol intake to a better mood (and you thought that was just hearsay!). A 2014 study showed that people who had a glass of wine in an unpleasant environment experienced the same level of mood improvement as people who teetotaled in a more pleasant environment.


Red Wine Chocolate Ganache

No we’re not baking a cake or cookies or muffins or making dinner. Though if you’re having red wine chocolate ganache for dinner, can I get an invite?

Will you just look at this stuff? It’s every bit as rich, thick, dark, and indulgent as you can imagine. Made from life’s most crucial ingredients like cream, chocolate, butter, sugar, and red wine– this ganache is as handy, versatile, and dreamy as regular chocolate ganache or salted caramel. It can be used for everything.

And I mean EVERYTHING:

  • spooned over ice cream
  • dip for fruit and, heck, even cheese
  • drizzled on flourless chocolate cake (do it!)
  • layered in trifles
  • sandwiched between cookies
  • spread on brownies
  • topping/filling for cupcakes
  • spooned over small batch cheesecake!
  • drizzled on hand pies, angel food cake, pound cake, red velvet cake, cookie pizza
  • pour in a jar and gift it to your valentine ♥

Or forget all that and just eat it with a spoon. Any time is generally a good time for red wine chocolate ganache.

It’ll take you no more than 15 minutes and that includes chopping up the chocolate. Simply simmer heavy cream, red wine, sugar, and cocoa powder together on the stove then add chocolate, butter, and a little salt. The butter not only adds flavor, but helps (1) thicken the ganache and (2) keep it smooth.

Speaking of chopping up chocolate! The best tool to use is your large serrated knife. The grooves help chip away the rock-hard chocolate. You’ll need 8 ounces of chocolate and I highly recommend a quality one. I use two 4-ounce Baker’s brand bars. Baker’s or Ghirardelli is what I usually buy. Find both in the baking aisle.

Like regular chocolate ganache, it’s thinner when warm and suuuuuper thick when cool. Give it an hour or 2 and it will be thick enough to frost/fill cakes and cupcakes. ??

What Red Wine to Use?

This chocolate ganache isn’t picky. Honestly, just use your favorite wine! I’ve made it with merlot, cabernet, and pinot noir. Loved it all. If you enjoy drinking it, you’ll enjoy it as chocolate ganache.

And this is my favorite part of all!! Poured on top of ice cream, it slightly hardens into one of those magic chocolate shell things. ??

And PS: The mini chocolate bundt cake at the top of the post? That’s my chocolate cupcakes recipe baked in my mini bundt pan. I baked them for 20-22 minutes at 350°F (177°C). Fill 2/3 full. Makes about 6-7 bundts.


Burgundy okra shoestring fries

I have a confession to make: I’ve never liked okra!

Being the veggie aficionado that I am, I cannot say that about many vegetables… But okra is different. It’s not the taste that I object to, but the texture — ah yes… the slime factor.

For the last two years I’ve looked at the gorgeous okra pods that appear every summer at my farmers’ market and let out a big sigh… if only I liked okra!

Then, a couple of weeks ago, I spotted okra that wasn’t green, but a beautiful burgundy color — almost purple! I was seduced and without fear bought a bag full of them. On the way home it hit me like a lightning bolt: “If I sliced the okra super-thin and fried it, surely it wouldn’t be so slimy?” Well, I couldn’t get into the kitchen fast enough to try.

As it turned out, cutting the okra in julienne slices was the most time-consuming part of this otherwise very easy recipe. Using a very sharp knife made the task not only easier, but also lessened the sticky substance that normally oozes out of these pods.

Instead of tossing the strips with the traditional cornmeal, I decided a bit of flour would be more appropriate. I wanted them to be delicate — and that is exactly how they turned out! Crispy and still a bit chewy, with a delicate but unmistakable okra flavor, these shoestring fries were so addictive that Marc (my husband) and I devoured the whole plate in a blink!

I must say they make a fabulous tapa or side dish for a sandwich or omelet, but now I’m working on creating more original recipes with them. Mostly, though, I’m very grateful to these gorgeous pods for having seduced me! Now I just have to make up for lost time…

Food & wine pairing: Cava with burgundy okra shoestring fries


I find that a crisp Cava or Prosecco is the best companion for these shoestring fries, unless of course, you feel like serving a cocktail with them. In which case I would recommend this peach-ginger mojito.


Burgundy okra shoestring fries

serves 4
active time: 30 min

  1. 1 lb (455 g) small, burgundy (or regular) okra pods – rinsed and patted dry
  2. 1/4 cup unbleached all-purpose flour
  3. sea salt to taste
  1. high heat vegetable oil for frying
  1. Étape 1: Using a very sharp knife, cut each okra pod in half lengthwise. Then cut in 1/8” julienne strips. Place the okra slices in a bowl and sprinkle with the flour. Toss well until the okra slices are well coated with the flour and set aside.
  2. Étape 2: Heat a deep fryer to 375ºF (190ºC). When the oil is ready, place the okra slices in the basket, being careful not to overcrowd it and fry for 6 to 8 minutes until golden-brown. Remove from fryer, drain on paper towels. Sprinkle the okra fries with sea salt and serve immediately.


Step by step

Cut okra in 1/8″ julienne strips

Place the okra slices in a bowl and sprinkle with the flour. Toss well until the okra slices are well coated with the flour.

Place the okra slices in the basket, being careful not to overcrowd it, and fry for 6 to 8 minutes until golden-brown.


18. Decant, Swirl, Repeat

Just when you thought you were shedding all pretension and getting back to the earth, the young woman with dreads selling you a native-yeast-fermented Syrah asks pointedly, “You have a decanter?” A decanter? You purposefully came to this natural wine shop instead of Grand Cru 4 U across the street and now they’re asking if you have a decanter? Yes, but it’s all good. Because natural wines are made without additives, other strategies must come into play to maintain the fresh fruitiness that these wines are often known for. The bottle may be slightly reduced, which means the wine sees less oxygen during the process, leading to sulfury, low-tide odors. Or it may have extra carbon dioxide (a slight sparkle in a wine that’s not supposed to be sparkling). Pouring the wine into a carafe an hour or so before drinking and then giving it a good, vigorous swirl in your glass will allow the gassiness—a technical term—to blow off. Now let’s drink!